Numéros thématiques

À paraître

2022

ILR Review

Appel à communications en cours

Éditeur.trice.s invité.e.s : Roland Erne (University College Dublin), Marco Hauptmeier (Cardiff University), Valeria Pulignano (KU Leuven), and Peter Turnbull (University of Bristol)

Transnational Employment Relations in the European Union

Extrait [Anglais uniquement] : The ILR Review invites submissions for a conference and subsequent special issue devoted to transnational employment relations in the European Union (EU).

The aim of the special issue is to examine the actors, processes, and outcomes of transnational employment relations in the EU, including the impact of EU interventions on employment relations within and across member states, as well as the effects of countervailing collective action on the European integration process.

Articles are invited for the special issue that deal with any aspect of transnational employment relations in the EU before, during, and after the COVID-19 pandemic. Such topics might include current research on actors, processes, policies, and outcomes of European employment relations. Contributions may be quantitative or qualitative empirical studies but can also address transnational employment relations in the EU from a historical and/or comparative perspective. Thus, the special issue aims to sample leading research in the field and spell out possibilities for future research.

Scholars interested in participating in this conference and special issue should submit an extended abstract of 4 to 5 pages (up to 2,500 words) by March 31, 2021, to Valeria Pulignano.

Téléchargez l’appel à contribution


2021

Human Resource Management Journal

Premier regard activé

Éditeur.trice.s invité.e.s : Steve Vincent (Newcastle University), Greg J. Bamber (Monash University), Rick Delbridge (Cardiff University), Virginia Doellgast (ILR School, Cornell University), Jo Grady (UCU, London), Irena Grugulis (Leeds University)

Situating Human Resource Management in the Political Economy: Multilevel Theorising and Opportunities for Kaleidoscopic Imagination

Extrait [Anglais uniquement] : This special issue focuses on Situating Human Resource Management (HRM) Practices in their Political and Economic Contexts. In an introductory article, the guest editors develop a novel multilevel framework for exploring the political economy of HRM and use this to position the articles in this special issue. They argue that the study of HRM is often too narrowly constructed within a psychological, positivistic paradigm and at an organisation‐level, and that situating HRM in its political and economic context requires a more inclusive, interdisciplinary approach that includes the use of kaleidoscopic imagination and meta‐theoretical bricolage. By embracing a theoretically pluralist approach to studying HRM, researchers are better able to analyse how different levels of the political economy interact with specific HRM practices to impact value creation. They conclude by discussing the contribution of this article and the special issue, as well as highlighting avenues for future research.

The other articles in the special issue illustrate the usefulness of our framework in theorising the role of the different contextual layers of the political economy in shaping HRM practices and outcomes. None of the articles examines the full array of relationships and variables included in the framework, but rather they examine various combinations of these tiers and the relations among them. Together, they demonstrate how specific layers are more salient within explanations of different topics, issues, and subjects in the field of HRM research.

Situating human resource management in the political economy: Multilevel theorising and opportunities for kaleidoscopic imagination (Steve VincentGreg J. Bamber, Rick Delbridge, Virginia Doellgast, Jo GradyIrena Grugulis) • Restoring the missing context in HRM: Habitus, capital and field in the reproduction of Japanese repatriate careers (Leo McCann, Gareth Monteath) • HR analytics: The onto‐epistemology and politics of metricised HRM (Kay Greasley, Pete Thomas) • Hidden in plain sight? The human resource management practitioner’s role in dealing with workplace conflict as a source of organisational–professional power (Ian Roper, Paul Higgins) • Human resource management practices in the context of rising right‐wing populism (Douglas J. Cumming, Geoffrey Wood, Shaker A. Zahra) • Employer silencing in a context of voice regulations: Case studies of non‐compliance (Eugene Hickland, Niall Cullinane, Tony Dobbins, Tony Dundon, Jimmy Donaghey) • Ricardo flies Ryanair: Strategic human resource management and competitive advantage in a Single European Aviation Market (Geraint Harvey, Peter Turnbull) • Strategy emergence in service delivery networks: Network‐oriented human resource management practices at German airports (Jörg Sydow Carsten Wirth Markus Helfen) • Mind the channel! An affordance perspective on how digital voice channels encourage or discourage employee voice (Markus Ellmer, Astrid Reichel) • Adoption of LGBT‐friendly practices: The effect of institutional pressures and strategic choice (Dorothea Roumpi, Panagiotis Giannakis, John E. Delery)

Téléchargez l’introduction [Libre accès]


2021

Transfer: European Review of Labour and Research

Éditeur.trice.s invité.e.s : Valeria Pulignano (KU Leuven), Mat Johnson (WEI-Manchester University)

Transforming Care Work within an Era of Changing Priorities of Care Policy

Extrait [Anglais uniquement] : Through a focus on care work this proposed thematic issue of Transfer will explore how institutional and market-driven capitalist transformations, reflecting changing priorities of care policy, impact upon the quality of care services and the quality of work in contemporary European care services. The COVID-19 pandemic illustrates that sustainability in society requires the reinforcement of social bonds of which health and care as public values are central. Investigating changing priorities of care policy and its implications for care work plays a crucial role to guarantee societal sustainability. Thus, this special issue will discuss the drivers, processes and dynamics underpinning the transformation of care work. It will also explore how labour unions can protect and enhance the position of care work and care workers through a mix of traditional and innovative strategies at the interface of the institution, the market, the workplace and the community. Moreover, it also looks at the conditions underpinning these strategies in the way in which to extend theoretical debates around the varied union responses to precariousness and the degradation of the quality of care work in Europe.

This special issue has three main aims. The first aim is to outline and explore the way in which change at the interface of institutions (reductions in welfare spending), the market (privatization, marketization and cost-competition), the workplace (fragmentation and standardization of work within and across organisations) and the community (informality of feminised home care) affects the quality of care services and care work. The second aims is to explore how trade unions both resist the fragmentation and marketisation of care, how they engage in the regulation and governance of care work in different forms and at different levels, and how they seek to represent and give voice to care workers as well as the difficulties they encounter in doing this. The third aim is to identify a range of policy recommendations that could lead to better care work, in terms of reducing economic risk, enhancing control over work routines and rhythms, and supporting the expression of skills, gender and voice at work and in communities.

Téléchargez l’appel à contributions

Une publication de


2021

British Journal of Industrial Relations

Éditeur.trice.s invité.e.s : Jean Jenkins (ERU-Cardiff University), Jonathan Morris (Cardiff University), Jimmy Donaghey (University of New South Wales), Richard Locke (Brown University)

Global Value Chains and their Employment Relations Consequences

Extrait [Anglais uniquement] : The proposed special issue of BJIR concerns the issue of the emergence, growth and evolution of global commodity chains and related employment relations issues. The relationship between supply chain relationships and the workplace is topical and referred to explicitly by the ILO agenda on international work and by the OECDs concerns with skills (OECD, 2017). While topical, much of the research in the area focuses on power relations between firms in chains and employment relations concerns being a secondary issue. However, this is changing and for example an emerging number of recent publications in the BJIR examine the employment relations consequences of supply chains. As such, this initiative proposes to bring this emerging research together into a coherent and unified volume.

Téléchargez l’appel à contributions [Fermé]

Une initiative de

Publiés

2020 (75-4)

Relations industrielles / Industrial Relations

Éditeurs invités : Christian Lévesque (HEC Montréal), Peter Fairbrother (CPOW-RMIT), Nicolas Roby (CRIMT-Université de Montréal)

La régulation du travail et de l’emploi à l’ère numérique

Ce numéro thématique cherche à comprendre comment le numérique est venu perturber et réorganiser la régulation du travail et de l’emploi. Il entend contribuer à cette discussion en abordant trois questions complémentaires : comment son incidence sur l’avenir du travail se fait-elle sentir, en quoi cela conduit-il à des formes d’expérimentation organisationnelle et institutionnelle et quels rôles l’agentivité et le pouvoir syndical jouent-ils dans ces processus ?

Introduction (Christian Lévesque, Peter Fairbrother, Nicolas Roby) • Du flexible au liquide : le travail dans l’économie de plateforme (Christophe Degryse) • La « fabrique réglementaire » autour de l’arrivée d’Uber (Urwana Coiquaud, Lucie Morissette) • Organiser les inorganisés d’une multinationale de services en ligne ? Le virage numérique de l’Organization United for Respect at Walmart (Mathieu Hocquelet) • Digitized Drones in the Steel Industry:  The Social Shaping of Technology (Dean Stroud, Victoria Edwards, Martin Weinel) • Nesting Industry 4.0 in High Performance Work Systems: Trade Unions and Workplace Change in the Southern Ontario Automotive Assembly Sector (Tod D. Rutherford, Lorenzo Frangi) • Neo-Taylorism in the Digital Age: Workplace Transformations in French and German Retail Warehouses (Jérôme Gautié, Karen Jaehrling, Coralie Perez) • ‘Smart’ Industrial Relations in the Making? Insights from the Analysis of Union Responses to Digitization in Italy (Stefano Gasparri, Arianna Tassinari)

Téléchargez l’appel à contributions [Fermé]


2020 (41-2)

Comparative Labor Law & Policy Journal

Éditrice invitée : Isabelle Daugareilh (COMPTRASEC-Université de Bordeaux)

A European & Comparative Legal Approach on Digital Workers

Le Centre de droit comparé du travail et de la sécurité sociale (COMPTRASEC-Université de Bordeaux) a organisé en novembre 2018 des journées d’études européennes consacrées à une approche juridique comparative de l’économie de plateforme et des questions qu’elle soulève en termes de droit social. Dix pays (Autriche, Belgique, Espagne, États-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni et Suisse) représentant une grande variété de traditions juridiques et connaissant différents niveaux de numérisation de l’économie ont ainsi été mis sous la loupe par autant de juristes spécialisés en droit du travail que de la sécurité sociale : quels sont les conflits juridiques auxquels ce nouveau modèle d’entreprise se confronte, comment s’élaborent progressivement les jurisprudences nationales, comment les acteurs adaptent-ils leurs stratégies ?

Déjà résumées dans un document de travail intitulé Économie de plateforme et droit social : enjeux prospectifs et approche juridique comparative publié sous la plume d’Isabelle Daugareilh, Christophe Degryse et de Philippe Pochet (ETUI), les contributions nationales complètes (Autriche, Belgique, Espagne, États- Unis, France, Italie, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni et Suisse) forment la substance de ce numéro spécial du Comparative Labor Law and Policy Journal.

Introduction (Isabelle Daugareilh) • Locating Unity in the Fragmented Platform Economy: Labor Law and the Platform Economy in the United Kingdom (Luke Mason) • The Status of Platform Workers in the Swiss Legal System (Jean-Philippe Dunand, Sabrine Magoga-Sabatier, Pascal Mahon) • Fitting the Panoply in a Binary Perspective: The Italian Platform Workers in the European Context (Silvia Borelli) • Platform Work in Austria (Günther Löschnigg) • Legal Status of Platform Workers in France (Isabelle Daugareilh) • The Status of Platform Workers in Romania (Felicia Roșioru) • Platforms & Platform Work in Spanish Industrial Relations (Miguel Rodríguez-Piñero Royo) • The Netherlands: Trying to Solve 21st Century Challenges by Using 20th Century Concepts (Nicola Gundt) • Which Labor Rights for On-Demand Workers? A Critical Appraisal of the Current Belgian Legal Framework (Auriane Lamine, Céline Wattecamps).

Téléchargez le document de travail

Une initiative de


2020 (3-106)

Droit et Société

Éditrices invitées : Luca d’Ambrosio (IREDIES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Pauline Barraud de Lagerie (IRISSO-Université Paris-Dauphine)

La responsabilité des entreprises reformulée par la loi : un regard pluridisciplinaire

La promulgation de la loi française relative au devoir de vigilance des sociétés mères et donneuses d’ordre, le 27 mars 2017, a marqué un tournant majeur dans le régime de responsabilité des sociétés commerciales. Cette loi prévoit désormais l’obligation, pour toutes les sociétés françaises dépassant un certain seuil de salariés, d’établir et de mettre en œuvre un « plan de vigilance » propre à identifier et à prévenir les atteintes graves envers les « droits humains et les libertés fondamentales », « la santé et la sécurité des personnes » et « l’environnement » ; et ce pour ce qui concerne leurs activités mais aussi celles de leurs filiales, de leurs sous-traitants ainsi que des fournisseurs avec lesquels est entretenue «une relation commerciale établie». L’obligation légale de mise en œuvre d’un plan de vigilance ouvre à un double régime de la responsabilité pour la société donneuse d’ordre défaillante : celle-ci pourra d’une part être obligée, par une procédure d’injonction, d’adopter un plan de vigilance conforme à la loi ; d’autre part, elle pourra répondre des préjudices causés par ses filiales ou relations commerciales établies, et que la mise en œuvre d’un plan de vigilance effectif aurait permis d’éviter.

C’est pour inscrire cette expérimentation juridique dans un contexte complexe et multidimensionnel que ce dossier propose d’appréhender la notion de devoir de vigilance à la fois comme produit politique, comme objet juridique et comme norme de gestion. Par ce regard pluridisciplinaire, qui prolonge et dépasse l’abondante production doctrinale sur le devoir de vigilance, les contributions réunies ici permettent d’éclairer les enjeux et les problématiques relatives à ce processus d’appréhension juridique de la responsabilité sociale des entreprises.

La responsabilité des entreprises reformulée par la loi : un regard pluridisciplinaire
Présentation du dossier (Luca d’Ambrosio, Pauline Barraud de Lagerie) • Le devoir de vigilance : une innovation juridique entre continuités et ruptures (Luca d’Ambrosio) • La loi sur le devoir de vigilance des sociétés multinationales : parcours d’une loi improbable (Guillaume Delalieux) • Devoir de vigilance : la norme de gestion comme source de droit ? (Armand Hatchuel, Blanche Segrestin) • La loi sur le devoir de vigilance : un modèle pour (re)penser la responsabilité des entreprises (Tatiana Sachs, Juliette Tricot) • La mise en œuvre du devoir de vigilance : une managérialisation de la loi ? (Pauline Barraud de Lagerie, Élodie Béthoux, Arnaud Mias, Élise Penalva Icher).

Téléchargez l’introduction

Une initiative de


2020 (159-4)

Revue internationale du Travail

Éditrice invitée : Adelle Blackett (LLDRL-McGill University)

La justice sociale dans le monde du travail

Ce numéro spécial est issu d’une initiative visant à commémorer le centenaire de l’Organisation internationale du travail (OIT). En effet, grâce à une bourse de la Fondation Pierre Elliott Trudeau (2016), l’éditrice invitée a eu l’honneur d’offrir un cours bilingue à la faculté de droit de l’Université McGill intitulé « Transnational Futures of International Law / La justice sociale dans le monde du travail ».

Le cours de l’hiver 2019 sur la justice sociale dans le monde du travail a d’abord été un effort collectif, caractérisé par un riche mélange de présentations et de commentaires de la part d’universitaires émergent.e.s et de premier plan provenant du monde entier, de hauts fonctionnaires internationaux du travail, d’expert.e.s indépendant.e.s des Nations unies et de plusieurs dignitaires. Chaque session a également été retransmise en direct sur le web et a été rejointe par un vaste groupe de participant.e.s du monde entier. Une archive web des conférences reste disponible, et demeure une source inestimable pour le partage des connaissances et la réflexion sur le droit international du travail.

Ce numéro spécial s’appuie sur un certain nombre de présentations livrées dans le cadre du cours. Chacune représente une dimension distincte et importante du domaine émergent du droit transnational du travail.

Introduction: Transnational Futures of International Labour Law (Adelle Blackett) • Engagement with sustainability at the International Labour Organization and wider implications for collective worker voice (Tonia Novitz) • Les relations entre droit international et droit européen du travail et leur incidence sur le développement du droit social international et européen (Sophie Robin-Olivier) • On the ILO and prison labour: an invitation for recalculation (Faina Milman Sivan, Yair Sagy) • TBC (Bernard Duhaime, Éloïse Ouellet-Décoste) • The Rana Plaza disaster seven years on: Transnational experiments and perhaps a new treaty? (Anne Trebilcock) • The trade/labour relationship in light of The WTO Appellate Body’s Embrace of Pluralism (Joanna Langille) • On social regionalism in transnational labour law (Adelle Blackett)

Téléchargez l’introduction [Requiert un accès institutionnel]

Une initiative de


2020 (26-2)

Transfer: European Review of Labour and Research

Éditeur.trice.s : Isabelle Ferreras (TED-CriDIS-UCLouvain), Ian MacDonald (Université de Montréal), Gregor Murray (Université de Montréal), Valeria Pulignano (KU Leuven)

L’expérimentation institutionnelle au travail, pour le meilleur (ou pour le pire)

Dans différents contextes nationaux, institutionnels et organisationnels, et dans un contexte d’incertitude, diverses formes d’organisation de travailleurs, anciennes et nouvelles, mènent des expérimentations en réponse aux lignes de fracture majeures des changements auxquelles elles sont confrontées. Ce numéro spécial se concentre sur ces processus: la perturbation des formes traditionnelles de régulation du travail et de l’emploi; comment différents acteurs sont impliqués dans l’expérimentation sur la gouvernance du travail et de l’emploi; comment ces acteurs formulent des revendications à l’égard de l’État; comment ces processus peuvent conduire à un meilleur ou à un ‘pire’ travail; et enfin, comment de solides capacités et des configurations particulières de ressources de la part de ceux qui sont engagés dans l’expérimentation peuvent contribuer à de nouvelles formes de régulation du travail et même à un meilleur travail. Les thèmes clés comprennent le rôle moteur et la résilience des acteurs et leur développement de nouvelles capacités collectives, l’importance de la délibération et de la démocratie, la nature stratégique et réflexive de leur expérimentation, l’extension de l’expérimentation dans de nouvelles formes d’institutionnalisation intégrant des valeurs fondamentales telles que l’égalité, la solidarité et la démocratie, ainsi que de nouveaux modèles d’agrégation de la recherche nécessitant un dialogue permanent entre acteurs et chercheurs.

Introduction: Institutional experimentation for better (or worse) work (Isabelle Ferreras, Ian MacDonald, Gregor Murray, Valeria Pulignano) • L’expérimentation institutionnelle au travail, pour le meilleur (ou pour le pire) (Isabelle Ferreras, Ian MacDonald, Gregor Murray, Valeria Pulignano) • Disruption and re-regulation in work and employment: from organisational to institutional experimentation (Gregor Murray, Christian Lévesque, Glenn Morgan, Nicolas Roby) • A freelancers’ cooperative as a case of democratic institutional experimentation for better work: a case study of SMart-Belgium (Julien Charles, Isabelle Ferreras, Auriane Lamine) • Workplace change and institutional experimentation: a case study of service-sector work in Europe (Valeria Pulignano, Paul Thompson, Nadja Doerflinger) • Shaping Industry 4.0 – an experimental approach developed by German trade unions (Gerhard Bosch, Jutta Schmitz-Kießler) • ‘We just get a bit set in our ways’: renewing democracy and solidarity in UK trade unions (Heather Connolly).

Téléchargez le premier article [Libre accès]

Une publication de


2019 (113)

American Journal of International Law

Éditrices invitées : Adelle Blackett (LLDRL-McGill University), Laurence R. Helfer (Duke University School of Law)

La justice sociale dans le monde du travail

Lors de la conférence internationale annuelle du travail à Genève en juin 2019, l’OIT a adopté la Déclaration du centenaire pour l’avenir du travail et deux instruments juridiques novateurs sur l’élimination de la violence et du harcèlement. En outre, le Bureau du conseiller juridique a réuni d’éminents universitaires pour réfléchir sur l’OIT100 : Le Droit en faveur de la Justice sociale, et des fonctionnaires de l’OIT ont assisté à des conférences d’universitaires pour discuter du passé et de l’avenir de l’organisation.

Une de ces contributions au centenaire de l’OIT, dont est issu ce symposium AJIL Unbound, a été un cours, le Transnational Futures of International Labor Law, organisé à la faculté de droit de l’université McGill. Le cours comprenait douze semaines de conférences diffusées en direct sur Internet par des universitaires de premier plan du monde entier sur des sujets tels que la responsabilité sociale des entreprises, le recours aux normes internationales du travail par les tribunaux régionaux et nationaux, l’informalité du marché du travail dans l’optique de la justice climatique, et l’approche de l’OIT en matière de travail carcéral dans le cadre de la Convention (n° 29) sur le travail forcé, 1930. La plupart des sessions ont été commentées par des experts juridiques de haut niveau du secrétariat permanent de l’OIT, le Bureau international du travail.

Ce numéro spécial s’appuie sur un certain nombre de présentations livrées dans le cadre du cours. Chacune représente une dimension distincte et importante du domaine émergent du droit transnational du travail.

Introduction to the Symposium on Transnational Futures of International Labor Law (Adelle Blackett, Laurence R. Helfer) • Theorizing Emancipatory Transnational Futures of International Labor Law (Adelle Blackett) • The ILO at 100: Institutional Innovation in an Era of Populism (Laurence R. Helfer) • International Labor Law and its Others: Governance by Norm Versus Governance by Knowledge (Liam McHugh-Russell) • Reimagining Trade Agreements for Workers: Lessons from the USMCA (Álvaro Santos) • Past as Prologue? Theorizing Transnational Labor Law Between Jessup and Jenks (Guy Fiti Sinclair) • China and The Belt and Road Initiative: Transnational Labor Law Under State Capitalism 4.0 (Mimi Zou)

Téléchargez les articles [Libre accès]

Une initiative de


2019 (35-2)

International Journal of Comparative Labour Law and Industrial Relations

Éditeurs invités : Kevin Banks (CLCW-Queen’s University), Manoj Dias-Abey (University of Bristol)

Migrants at Work

En 1973, le Canada a introduit un programme de travailleurs étrangers temporaires non spécifique à une industrie, qui, dans les années 1990, a commencé à être plus clairement divisé en deux catégories : les travailleurs « hautement qualifiés » et les travailleurs « peu qualifiés ». Au début des années 2000, plusieurs modifications ont été apportées au programme, qui ont élargi la catégorie des travailleurs peu qualifiés. L’une des conséquences de ces changements a été de déplacer la source des travailleurs migrants temporaires du Nord vers le Sud. Les commentateurs ont fait valoir que l’une des forces motrices de la croissance de la migration temporaire peu qualifiée est la nécessité de répondre aux besoins du marché du travail du pays sans encombrer l’État d’obligations en matière de citoyenneté. Comme nous l’apprenons, même cela n’équilibre pas les tensions entre les impératifs du marché et les demandes nativistes. Lorsque la question de la migration temporaire de main-d’œuvre a commencé à faire l’objet d’une publicité négative importante en 2013, le gouvernement a mis en œuvre une série de mesures de réforme, qui visaient principalement à apaiser les craintes que les emplois canadiens soient pris par des étrangers. Malgré les preuves irréfutables que les travailleurs migrants temporaires étaient mal traités sur leur lieu de travail, qu’ils étaient victimes de vols de salaire, de risques professionnels dangereux et de violations régulières d’autres droits et prestations sur le lieu de travail, les réformes visant à améliorer les conditions de travail de ces travailleurs étaient limitées. Même les mesures destinées à assurer une meilleure application de leurs droits limités en matière de travail ne semblent pas avoir eu un impact positif évident sur les travailleurs migrants.

C’est dans ce contexte que le Centre for Law in the Contemporary Workplace, avec le généreux soutien de la Faculté de droit de l’Université Queen’s et le Projet de partenariat d’expérimentation institutionnelle pour un meilleur travail du CRIMT, a organisé le symposium Migrants au travail au Canada, les 20 et 21 avril 2018 à Kingston, en Ontario. Le symposium a réuni un groupe multidisciplinaire de chercheurs universitaires ainsi que des représentants d’importantes organisations de justice pour les migrants. Les cinq articles qui figurent dans ce numéro spécial sont le fruit de cet échange. Certains de ces articles sont axés sur le Canada et les États-Unis, bien que leur portée dépasse largement les frontières de l’Amérique du Nord, tandis que d’autres adoptent une approche plus explicitement internationale.

Migrant Workers: Contesting Definitions, Institutional Responses, and Rights (Kevin Banks, Manoj Dias-Abey) • Expanding the Movement of Natural Persons Through Free Trade Agreements? A Review of CETA, TPP and ChAFTA (Åsa Odin Ekman, Samuel Engblom) • Revisiting Social Reproduction: Migrant Care Workers and Their Entitlements in Canada (Supriya Routh) • Enforcing Employment Standards for Temporary Migrant Agricultural Workers in Ontario, Canada: Exposing Underexplored Layers of Vulnerability (Rebecca Casey, Leah F. Vosko, Eric Tucker) • Institutionalizing a Binational Enforcement Strategy for Migrant Worker Rights (Xóchitl Bada, Shannon Gleeson)

Téléchargez les articles [Requiert un accès institutionnel]

Une initiative de


2019 (2)

Revue de droit comparé du travail et de la sécurité sociale

Éditrices : Isabelle Daugareilh (COMPTRASEC-Université de Bordeaux), Allison Fiorentino (Université de Rouen)

L’ubérisation du travail

« L’ubérisation du travail » désigne une nouvelle forme de travail située au carrefour du travail indépendant et du salariat. Les juges nationaux ont souvent été confrontés à cette question. Mais l’émergence des plateformes de services, telles qu’UBER, a ramené sur le devant de la scène juridique le débat sur les caractéristiques du salariat. Si le législateur semble passif, il n’en va pas de même du juge qui a été saisi dans de nombreux pays de différends portant sur la qualification de la relation de travail nouée par l’intermédiaire de la plateforme à l’origine de décisions qui seront analysées dans le cadre de cette publication. Certains juges ont décidé de faire évoluer les critères du salariat pour permettre à ces travailleurs ayant une certaine indépendance de bénéficier de la qualification de salarié. Il en va ainsi de la Cour Suprême californienne qui a révisé une jurisprudence pourtant ancienne et bien établie. D’autres juges, sans toucher aux critères classiques du salariat, n’ont pas hésité à faire entrer les travailleurs des plateformes dans la catégorie des salariés. La Cour de cassation française, mettant fin à une certaine hésitation des juges du fond, a jugé que la particularité de l’activité des travailleurs des plateformes ne suffisait pas pour écarter la qualification de salarié. Certains magistrats, sans reconnaître la qualité de salarié, ont toutefois accordé à ces travailleurs certains droits. Il en va ainsi des magistrats britanniques qui n’ont pas hésité à critiquer le montage contractuel imposé par UBER à ses chauffeurs pour leur faire artificiellement revêtir la qualification d’indépendants. Les juges canadiens ont également condamné l’attitude des plateformes qui profitent de leur position dominante pour imposer des clauses inéquitables, telles que les clauses compromissoires, visant à priver le travailleur d’accès à un juge. Il est rare à ce jour qu’un consensus prétorien existe dans tous les États. Ainsi en Espagne, aux Pays-Bas et en Suisse les réponses des juridictions divergent. D’autres juges, au Brésil ou en Italie, refusent de faire évoluer les critères traditionnels du salariat, ce qui aboutit à priver beaucoup de travailleurs ayant recours à ces plateformes de la protection du statut de salariés. Enfin, certains juges ne se sont pas encore prononcés, comme dans le cas de l’Afrique du Sud.

Les onze contributions de ce numéro spécial examinent les réponses nationales à ces défis.

Introduction (Isabelle Daugareilh, Allison Fiorentino) • Le travail dans l’économie des plateformes dans la jurisprudence italienne (Vincenzo Bavaro, Donato Marino) • Les travailleurs des plateformes juridiques en France : le juge, arbitre de leur statut ? (Isabelle Desbarats) • La jurisprudence américaine et l’ubérisation du travail (Allison Fiorentino) • La jurisprudence sur l’ubérisation du travail au Royaume-Uni (Lisa Rodgers) • La notion de travailleur subordonné en Espagne face aux nouvelles formes d’emploi (Jesús Cruz Villalón) • Les plateformes numériques aux Pays-Bas et la jurisprudence travailliste (Hanneke Bennaars, Gerrard Boot) • L’ubérisation du travail en Suisse (Kurt Pärli) • L’ubérisation du travail dans la jurisprudence brésilienne (Sidnei Machado) • Uber et la réglementation canadienne : état de la jurisprudence (Urwana Coiquaud) • Le droit du travail et la « révolution technologique » en Afrique du Sud (Kitty Malherbe, Kgomotso Mokoena, Darcy du Toit)

Téléchargez les articles [Requiert un accès institutionnel]

Une initiative de


2019 (29-1)

Human Resource Management Journal

Éditeurs invités : Leon Gooberman (ERU-Cardiff University), Marco Hauptmeier (ERU-Cardiff University), Edmund Heery (ERU-Cardiff University)

Employer Organisations

Employer organisations transformed (Philippe Demougin, Leon Gooberman, Marco Hauptmeier, Edmund Heery) • When territory matters: Employer associations and changing collective goods strategies (Peter Sheldon, Edoardo Della Torre, Raoul Nacamulli) • Adapting to survive: The case of Danish employers’ organisations (Christian Lyhne Ibsen, Steen E. Navrbjerg) • Small change, big impact? Organisational membership rules and the exit of employers’ associations from multiemployer bargaining in Germany (Martin Behrens, Markus Helfen) • Employers’ organisations as social movements: Political power and identity work (Lisa A. Sezer) • The evolution of employers’ organisations in the United Kingdom: Extending countervailing power (Leon Gooberman, Marco Hauptmeier, Edmund Heery)

Télécharger les articles [Requiert un accès institutionnel]

Une initiative de


2018 (13)

La nouvelle revue du travail

Éditrices invitées : Sarah Abdelnour (IRISSO-Université Paris-Dauphine), Sophie Bernard (IRISSO-Université Paris-Dauphine)

Vers un capitalisme de plateforme ?

Ce numéro spécial de La nouvelle revue du travail intitulée : « Vers un capitalisme de plateforme ? » situe d’emblée les transformations radicales qu’introduisent les plateformes numériques dans le capitalisme contemporain ; en plusieurs endroits on pourrait d’ailleurs parler de rupture tant ces plateformes transforment le travail en lui-même, ses conditions d’exercice et surtout l’emploi.

Les articles de ce numéro présentent les résultats des premières enquêtes réalisées dans divers domaines de l’économie de plateforme, enquêtes largement centrées sur les transformations induites par cette dernière. Derrière ce modèle économique jugé innovant, une particularité fondamentale caractérise ce nouveau type de transaction économique : les offreurs de travail sur les plateformes numériques sont bien souvent des particuliers, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas salariés, ni même nécessairement des professionnels. Ce sont eux qui possèdent l’outil de production et la force de travail qu’ils vendent en qualité d’indépendants, soit directement aux consommateurs, soit à un intermédiaire. Les travailleurs de ces plateformes assument les risques liés à l’activité (investissement, clientèle, risque physique) tout en étant peu autonomes dans l’organisation de l’activité (processus calibrés, prix fixés par la plateforme, contrôles par cette dernière et par les consommateurs). 

Vers un capitalisme de plateforme ? Mobiliser le travail, contourner les régulations (Sarah Abdelnour, Sophie Bernard) • Livrer à vélo… en attendant mieux (Arthur Jan) • « Faites de votre passion un métier ». Etsy, une plateforme d’émancipation féminine ? (Anne Jourdain) • Constitution et exploitation du capital communautaire. Le travail des streamers sur la plateforme Twitch (Mathieu Cocq) • Quel droit social en Europe face au capitalisme de plateforme ? (Josépha Dirringer)

Téléchargez les articles [Libre accès]

Une initiative de


2018 (33-2)

Revue Canadienne Droit et Société

Éditrice invitée: Adelle Blackett (LLDRL-McGill University)

Vers un droit du travail décolonisé : Contributions au droit transnational du travail en émergence

Les contributeurs à ce numéro spécial se penchent sur les façons dont l’émergent droit transnational du travail (DTT) peut contribuer à la dissociation du droit du travail de sa trame narrative paradigmatique et usuelle, soit une trame atomisée, datant de la révolution industrielle qui prend pour modèle du travailleur l’homme adulte, blanc, unique salarié de sa famille nucléaire, originaire d’un État du Nord global, et qui conséquemment désigne ce travailleur comme l’unique récipiendaire de justice distributive. Bien que le ton de chaque article varie, les contributions se caractérisent toutes par une analyse relativement sobre du potentiel contre-hégémonique du droit transnational du travail.

Introduction: Decolonizing Labour Law — Contributions to an Emergent Transnational Labour Law / Vers un droit du travail décolonisé — Contributions au droit transnational du travail en émergence (Adelle Blackett) • Struggles and Actions for Legal Space in the Urban World: The Case of Informal Economy E-waste Workers (Sabaa Ahmad Khan) • Transnational Labour Law and the Environment: Beyond the Bounded Autonomous Worker (Sara L. Seck) • The Use of Transnational Labour Law in Steering Socially Responsible Corporate Governance towards Increased Worker Protection (Isabelle Martin) • Transnational Labour Governance: A Critical Review of Proposals for Linkage through the Lens of the Rana Plaza Collapse in Bangladesh (Zobaida Khan) • La citoyenneté corporative entre libéralisme et démocratie : les individus ou leur communauté ? (Armel Brice Adanhounme) • Travail non libre et rapports sociaux de sexe – À propos des programmes canadiens d’immigration temporaire (Elsa Galerand, Martin Gallié) • The Inequality of Low-Wage Migrant Labour: Reflections on PN v FR and OPT v Presteve Foods (Bethany Hastie) • Temporary Labour Migration and the “Ceremony of Innocence” of Postwar Labour Law: Confronting “the South of the North” (Adrian A. Smith)

Some articles are available in open access

Une initiative de


2018 (3)

Revue de droit comparé du travail et de la sécurité sociale

Éditeur.trice.s invité.e.s : Michel Coutu (Université de Montréal), Gilles Auzero (COMPTRASEC-Université de Bordeaux), Isabelle Daugareilh (COMPTRASEC-Université de Bordeaux)

La participation des travailleurs dans la grande entreprise privée et publique

Les articles publiés dans ce dossier sont issus d’un séminaire international organisé conjointement par le CRIMT (Centre interuniversitaire de recherche sur la mondialisation et le travail- Canada) et le COMPTRASEC (Centre d’étude comparée du droit du travail et de la sécurité sociale) et qui s’est tenu à Bordeaux les 22 et 23 septembre 2017. Ce séminaire s’inscrivait dans le cadre du projet international de recherche Better Institutions for Better Work Partnership Project initié par le CRIMT avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et dont le COMPTRASEC est partie prenante : il bénéficia de l’appui des universités de Paris-Dauphine, Brême, Montréal et Louvain-La-Neuve (UCL).

Les droits de participation des travailleurs (Michel Coutu, Gilles Auzero, Isabelle Daugareilh) • La participation : de l’association à la cogestion 150 ans de réflexions (Dominique Méda) • Le droit du travail parmi les droits civils et politiques ? Réflexions à propos de la participation des travailleurs au gouvernement de l’entreprise (Isabelle Ferreras) • La cogestion des salariés (Mitbestimmung) en droit allemand (Christoph Teichmann, Justin Monsenepwo) • La participation des travailleurs en Norvège et en Suède (Bernard Johann Mulder) • Le système allemand de participation des travailleurs au niveau de l’entreprise (Wolfgang Däubler) • Le système néerlandais de participation des travailleurs (J.M.B. (Jan) Cremers) • Le système québécois de participation des travailleurs : vers une refondation (Julie Bourgault, Michel Coutu) • La participation des travailleurs dans l’entreprise publique en France (Sylvain Niquège) • Le système de participation des travailleurs dans l’entreprise privée en France (Gilles Auzero)

Téléchargez l’introduction [Libre accès]

Une publication de


2018 –

Futures of Work Online Magazine

Éditeur.trice.s : Harry Pitts (PWRG-University of Bristol), Katie Bales (PWRG-University of Bristol), Huw Thomas (PWRG-University of Bristol)

Futures of Work

Futures of Work est un blogue qui propose une réflexion radicale et critique sur les questions actuelles et émergentes liées au travail et à l’emploi. Propulsé par la Bristol University Press en collaboration avec une équipe éditoriale multidisciplinaire de l’Université de Bristol, le blogue est produit en association avec le Faculty Research Group for Perspectives on Work et le ESRC World of Work PhD and ECR Network.

Les articles récents incluent : ISSUE 15: TECHNOLOGY AND REMOTE WORKING POST COVID-19 (Tony Dundon, Lee Stringer, Stephen Mustchin) • ISSUE 14: THE FUTURE OF WORK AND THE COVID-19 CRISIS (Guy Mundlak, Judy Fudge) • ISSUE 14: PANDEMIC, POVERTY, AND POWER IN GLOBAL EXPLOITATION CHAINS (Huw Thomas) • ISSUE 14: ALONE, TOGETHER? CO-WORKING SPACES AND THE COVID-19 CRISIS (The Co-Working Research Collective).

Intéressé.e à contribuer ?

Une initiative de


2018 (28-2)

Labour & Industry: a journal of the social and economic relations of work

Éditrices invitées: Amanda Coles (Deakin University), Fiona Macdonald (CPOW-RMIT), Annie Delaney (CPOW-RMIT)

Gender and informality at work

Ce numéro spécial examine l’interaction entre le genre et le travail informel, les processus d’informalisation et les expériences d’informalité en tant que caractéristique déterminante du travail dans le cadre du capitalisme contemporain. Les articles interrogent les interactions entre les dimensions expérientielle, discursive et structurelle de l’informalité telles qu’elles apparaissent en relation avec la construction sociale des relations de genre. Ces analyses présentent une étude complète du « continuum de pratiques » qui constituent l’informalité, et attirent l’attention sur l’urgence de comprendre les façons dont les pratiques codifiées et sociales normalisent, formalisent et dissimulent les dimensions sexuées de l’informalité au travail.

Gender and informality at work – theoretical provocations: an introduction to the special issue on gender and informality (Amanda Coles, Fiona Macdonald, Annie Delaney) • Thinking about informality: gender (in)equality (in) decent work across geographic and economic boundaries (Annie Delaney, Fiona Macdonald) • De facto informality? Rethinking the experience of women in the formally regulated workplace (Lisa Heap, Tom Barnes, Sally Weller) • ‘Intimacy, informalization and intersecting inequalities: tracing the linkages’ (V. Spike Peterson)

Téléchargez l’introduction [Libre accès]

Une initiative de


2017 (59-4)

Journal of Industrial Relations

Éditeurs invités : Tobias Schulze-Cleven (SMLR-Rutgers University), Mingwei Liu (SMLR-Rutgers University)

Collective action: Engaging ideas, interests and institutions

Ce numéro spécial analyse l’innovation en matière d’action collective, en explorant les tentatives des travailleurs à l’échelle mondiale de construire et de mobiliser des ressources de pouvoir dans le contexte de profondes remises en question des anciennes formes d’action collective. C’est à la fois un sujet empiriquement pressant pour le bien-être des travailleurs et une question urgente sur le plan des dynamiques politiques et de l’évolution des relations de travail dans la production et l’accumulation mondialisées (Coe et Yeung, 2015 ; Ferguson, 2009 ; Fichter, 2015b ; Lakhani et al., 2013 ; Piketty, 2014). Il est crucial pour les chercheurs de mieux comprendre l’adaptation contemporaine du travail en explorant différents types d’innovation ainsi que les processus causaux qui les ont produites. Pour que les chercheurs puissent progresser dans la théorisation de l’agentivité des travailleurs et la délimitation de l’influence changeante de l’action collective sur la gouvernance du travail, ils doivent s’efforcer d’évaluer les expérimentations en cours et de développer un langage conceptuel plus précis pour les moteurs, les processus et les résultats de la réorientation que connaît l’action collective.

Collective action and globalization: Building and mobilizing labour power (Tobias Schulze-Cleven) • The battle over flexibilization in post-communist transitions: Labor politics in Poland and the Czech Republic, 1989–2010 (Rudra Sil) • Institutions and collective action in divided labour movements: Evidence from Indonesia (Teri L Caraway, Michele Ford) • IG Metall’s comeback: Trade union renewal in times of crisis (Stefan Schmalz, Marcel Thiel) • Supra-union and intersectional organizing: An examination of two prominent cases in the low-wage US restaurant industry (Maite Tapia, Tamara L Lee, Mikhail Filipovitch) • Beyond disciplinary boundaries: Leveraging complementary perspectives on global labour (Tobias Schulze-Cleven, Gary Herrigel, Nelson Lichtenstein, Gay Seidman) • Resisting labour market insecurity: Old and new actors, rivals or allies? (Richard Hyman, Rebecca Gumbrell-McCormick)

Téléchargez les articles [Requiert un accès institutionnel]

Une initiative de


2017 (72-3)

Relations industrielles / Industrial Relations

Éditeur.trice.s invité.e.s : Martine D’Amours (Université Laval), Yanick Noiseux (Université de Montréal), Christian Papinot (Université de Poitiers), Guylaine Vallée (Université de Montréal)

Les nouvelles frontières de la relation d’emploi

Les transformations de la relation d’emploi opèrent — et s’insèrent dans — toute une série de brouillages qui posent des défis particuliers, tant à la formalisation théorique, à la compréhension des situations concrètes de travail, qu’aux dispositifs juridiques et sociaux visant à assurer la protection sociale et la représentation des travailleurs et elles interrogent les conditions de déploiement de l’action collective. L’on compte, on nombre de ces brouillages : celui des frontières entre salariat et travail indépendant, entre le travail rémunéré, exercé dans la sphère publique et celui, gratuit, exercé dans la sphère privée visible, puis entre le travail formel et le travail informel.

Ce numéro spécial de la Revue relations industrielles explore ces « nouvelles » frontières de la relation d’emploi. En réponse aux critiques émises à l’endroit des courants de recherche mettant trop exclusivement l’accent sur les emplois dits atypiques, ayant pour effet d’occulter le fait que les transformations du travail «déstabilisent des stables» (Castel, 2009) ou étendent la précarité et le risque aux emplois typiques (Vosko, 2007), il s’agit ici d’étudier les caractéristiques associées à diverses figures de la relation d’emploi ou les incidences de la cohabitation de travailleurs ayant des statuts et/ou des employeurs ou donneurs d’ordre différents dans des situations concrètes de travail. 

Les nouvelles frontières de la relation d’emploi (Martine D’Amours, Yanick Noiseux, Christian Papinot, Guylaine Vallée) • Zone grise d’emploi, pouvoir de l’employeur et espace public : une illustration à partir du cas Uber (Christian Azaïs, Patrick Dieuaide, Donna Kesselman) • From Wellington to Quebec: Attracting Hollywood and Regulating Cultural Workers (Maude Choko, Bridget Conor) • Entre salariat et indépendance : analyse juridique et économique de la relation franchisé-franchiseur (Urwana Coiquaud, Isabelle Martin) • La représentation collective au travail en contexte d’externalisation des services publics d’aide à domicile au Québec (Louise Boivin) • Winning Conditions of Precarious Workers’ Struggles: A Reflection Based on Case Studies from South Korea (Byoung-Hoon Lee, Sophia Seung-Yoon Lee) • Quand le droit conforte les stratégies syndicales reproduisant les arrangements institutionnels sources de discrimination systémique (Carole Yerochewski, Diane Gagné)

Téléchargez les articles [Libre accès]