Les Bourses nommées du CRIMT

Le CRIMT décerne annuellement quatre bourses d’excellence en l’honneur ou à la mémoire de grand.e.s bâtisseur.euse.s du champ des relations industrielles et du droit du travail au Québec et au Canada : madame Shirley Goldenberg et messieurs Roger Lecourt, Jacques Bélanger et Pierre Verge.

Les quatre étudiant.e.s dont les projets de maîtrise ou de doctorat se seront le plus distingués sur les thèmes couverts par chacune des bourses se verront remettre – au total des concours aux Fonds de bourses d’études et de Mobilité : volets Stages et Terrains de recherche tenus durant l’année civile – un montant de 2 500 $ chacun.e.

LA BOURSE SHIRLEY-GOLDENBERG

Shirley Goldenberg a été professeure titulaire à la Faculté de gestion de l’Université McGill. Première universitaire spécialiste des relations industrielles au Canada, Shirley Goldenberg a non seulement contribué à légitimer la place des femmes dans ce champ traditionnellement masculin, mais elle a œuvré – au travers un corpus de recherche marqué d’un profond souci de justice et de progrès social – à une meilleure compréhension théorique et pratique de l’évolution du travail et de l’emploi au Canada. Soulignons, à ce propos, ses recherches portant sur les relations industrielles dans le secteur public fédéral, le rôle des permanentes et des permanents syndicaux, la syndicalisation des professionnel.les et les femmes et le droit.

La Bourse Shirley Goldenberg est destinée à des étudiantes et des étudiants inscrits à temps complet dans les cycles supérieurs des universités canadiennes dont le mémoire de maîtrise ou la thèse de doctorat s’intègre au programme de recherche du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail. La Bourse vise des projets portant sur des évolutions majeures dans le domaine du travail et de l’emploi au Canada ou à l’étranger, avec une préférence pour ceux traitant de leurs implications sur le plan des politiques publiques.    

RÉCIPIENDAIRES

(2018) Isabelle Hudon, Doctorante, Université Laval
(2018) Laurence Derouin-Dubuc, Doctorante, Université de Montréal
(2019) Émilie Lessard-Mercier, Doctorante, Université Laval
(2019) Jonelle Humphrey, Doctorante, Université McMaster
(2020) Ammon Lilyane Djouldé Alou, Doctorante, Université Laval
(2020) Joannie Lamontagne, Étudiante à la maîtrise, Université de Montréal

Détails des projets financés

Soutenir cette initiative

Plus de détails

LA BOURSE ROGER-LECOURT

Roger Lecourt est un spécialiste des relations industrielles et du dialogue social reconnu nationalement et internationalement. Il contribue fréquemment aux activités du CRIMT et préside son Comité consultatif des partenaires du marché du travail. Ancien sous-ministre du Travail du Québec et expert-conseil du Bureau international du Travail (BIT) dans un grand nombre de pays, il a également été dirigeant syndical et médiateur/conciliateur. Son travail est l’exemple d’un engagement à construire une compréhension pratique du travail, de ses valeurs et de ses transformations.

La Bourse Roger-Lecourt est destinée à des étudiantes et des étudiants inscrits à temps complet dans les cycles supérieurs des universités québécoises dont le mémoire de maîtrise ou la thèse de doctorat s’intègre au programme de recherche du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail. La Bourse vise des projets portant sur des évolutions majeures dans les rapports collectifs de travail, tant au Canada qu’à l’étranger, avec une préférence pour ceux traitant du renouveau syndical, de nouvelles formes de négociation et de représentation collectives et des politiques publiques qui les favorisent.    

RÉCIPIENDAIRES

Premier.ière récipiendaire annoncé.e à la fin de l’année 2021.

LA BOURSE JACQUES-BÉLANGER

Jacques Bélanger a été professeur titulaire au Département des relations industrielles de l’Université Laval et codirecteur et cofondateur du CRIMT. Dans la plus pure tradition empirique britannique, il a mis à l’épreuve une approche ethnographique rigoureuse et d’une très grande originalité afin de comprendre les stratégies des acteurs du monde du travail, convaincu qu’il était de la cohérence de leur raisonnement. Ses contributions à l’analyse, souvent comparative, des fondements du conflit et de la coopération, des formes de résistance et de consentement ouvrier et du fonctionnement des firmes multinationales continuent, à ce jour, d’inspirer des générations de jeunes chercheur.euse.s.

La Bourse Jacques-Bélanger est destinée à des étudiantes et des étudiants inscrits à temps complet dans les cycles supérieurs des universités québécoises dont le mémoire de maîtrise ou la thèse de doctorat s’intègre au programme de recherche du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail. La Bourse vise des projets s’intéressant à l’étude des acteurs des entreprises multinationales ou de l’organisation du travail, avec une préférence pour ceux impliquant l’approche ethnographique ou un séjour de recherche à l’étranger.

RÉCIPIENDAIRES

Premier.ière récipiendaire annoncé.e à la fin de l’année 2021.

LA BOURSE PIERRE-VERGE

Pierre Verge a été professeur émérite à la Faculté de droit de l’Université Laval et cofondateur du CRIMT. Véritable humaniste, il a laissé en héritage une œuvre colossale et d’une grande rigueur, laquelle a contribué à la reconnaissance du droit du travail comme branche du droit dotée d’une certaine autonomie, tout en insistant sur sa portée universelle et fondamentale. Dans ses travaux pionniers et interdisciplinaires au sein du CRIMT, il s’est consacré à l’étude des transformations du droit, à travers, notamment, l’analyse de l’articulation de la pluralité des sources et des normes qui régissent le travail – toujours dans un effort de développer une doctrine cohérente, en phase avec les réalités du monde du travail.

La Bourse Pierre Verge est destinée à des étudiantes et des étudiants inscrits à temps complet dans les cycles supérieurs des universités québécoises dont le mémoire de maîtrise ou la thèse de doctorat s’intègre au programme de recherche du Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail. La Bourse vise des projets portant sur l’autonomie collective, le droit international du travail ou l’articulation des sources du droit du travail, avec une préférence pour ceux intégrant les travaux issus des sciences sociales et humaines dans l’analyse de la régulation juridique du travail.

RÉCIPIENDAIRES

Premier.ière récipiendaire annoncé.e à la fin de l’année 2021.